• Les sélectionneurs ne laissent pas tomber les coureurs durant cette période turbulente de coronavirus


    21 mai 2020
    #vtt

Les sélectionneurs de la fédération utilisent un arsenal d’outils de communication pour rester en contact avec leurs coureurs principaux. Parce que même si la crise du coronavirus maintient tout le monde chez soi autant que possible et qu’aucun coureur n’a actuellement de certitude sur son propre programme de compétition, cela ne signifie pas que le lien avec son entraîneur de l’équipe nationale doit s’estomper.  Lors de discussions de groupe avec le sélectionneur, le médecin et l’entraîneur, Belgian Cycling a précédemment informé les coureurs qui se trouvent en équipe nationale de la façon de vivre et de s’entraîner à l’époque du coronavirus. Mais cela ne s’arrête pas là. Parce que les portes de Rik Verbrugghe (Route Hommes Elite et U23), Carlo Bomans (Route Hommes Juniors), Ludwig Willems (Route Femmes), Nicky Cocquyt (Piste Jeunesse), Peter Pieters (Piste), Filip Meirhaeghe (VTT), Chris Jacobs (BMX) et Sven Vanthourenhout (Cyclo-cross) resteront ouvertes pour leurs athlètes. Pour une conversation décontractée, pour des conseils d’entraînement et – occasionnellement – pour des discours d’encouragement pour les jours anxieux.

WhatsApp est la forme de communication la plus courante dans l’échange d’informations entre le sélectionneur et le coureur. “J’envoie des messages à mes athlètes tout le temps”, explique Rik Verbrugghe. «Bien sûr, il y a un échange d’informations occasionnel avec les cyclistes professionnels, mais dans l’ensemble, ils peuvent s’adresser directement à leur propre entourage s’ils ont des problèmes. Mon attention est initialement concentrée sur la catégorie Espoirs. » Comme la majorité de ses collègues, Rik Verbrugghe organise également occasionnellement des discussions de groupe via Internet. “Si nous devons transmettre des informations qui concernent l’ensemble du groupe, c’est le moyen le plus simple.”

Ces dernières semaines, Belgian Cycling a organisé des sessions vidéo pour les coureurs de base dans toutes les disciplines. Outre l’entraîneur de l’équipe nationale, les médecins Kris Van der Mieren, Tom Teulingkx, Sam Moustie et Rik De Kinderen et les coordinateurs des entraînements Erwin Koninckx, Erwin Borgonjon et Jan Vancompernolle ont également fourni des textes et des explications sur le thème “Vivre et s’entraîner à l’époque du Corona”. Nicky Cocquyt est allé plus loin. Le sélectionneur de la piste, en collaboration avec l’entraîneur Vancompernolle, a récemment organisé une session tactique et un entraînement de groupe avec internet comme facteur (de connexion). «Un entraînement ensemble sur les rouleaux. Cela crée un lien à un moment où vous ne pouvez pas vous voir physiquement. »

Fréquence

À l’instinct? Ou travailler systématiquement avec votre agenda comme ligne directrice? Carlo Bomans, Nicky Cocquyt, Rik Verbrugghe, Chris Jacobs et Sven Vanthourenhout optent résolument pour la structure dans la fréquence de leurs contacts avec les coureurs. Carlo Bomans: «Il n’y a pas d’autre option si vous êtes avec un groupe de vingt coureurs. Je suis leurs activités sportives sur TrainingPeaks et ensuite je leur en parle. Pour moi, il est important de savoir comment ces gars se sentent. Je prends une liste de noms et je m’y tiens attentivement. »

Une déclaration avec laquelle Nicky Cocquyt est entièrement d’accord. «J’attends de l’engagement, de la discipline et de la régularité de la part de mes athlètes. En tant que sélectionneur, je dois moi-même montrer le bon exemple. Je donne donc régulièrement signe de vie. » Rik Verbrugghe est d’accord avec cela. “Toutes les deux semaines, mes coureurs U23 sont contactés par moi-même.”

Sven Vanthourenhout – un entraîneur qui supervise six catégories de cyclo-cross – utilise chaque jour de la semaine pour accorder de l’attention sur un groupe différent. «Les coureurs élites sont assez adultes pour se débrouiller. Bien sûr, ma porte leur est également ouverte, et il y a en effet des contacts occasionnels. Mais les jeunes cyclistes ont besoin de plus de conseils et de suivi. Le lundi, ce sont les hommes juniors, le mardi les dames juniors, etc. » Chris Jacobs procède également de cette façon. «Je travaille avec trois groupes principaux de coureurs et je me concentre également principalement sur les jeunes. Ils ont de mes nouvelles une fois par semaine. »

Peter Pieters, Filip Meirhaeghe et Ludwig Willems sont disponibles en permanence pour leurs coureurs. Avec eux, les contacts avec les athlètes se font de manière plutôt spontanée. “Ces temps sont assez difficiles pour n’importe quel coureur”, explique Peter Pieters. “Le pur pistier est actuellement dans une période de repos relatif, donc je n’ai pas à les inonder d’informations.”

C’est ce que le sélectionneur des femmes Ludwig Willems a fait au début de la crise. «J’ai informé mes coureuses des annulations de compétitions et de stages. Mais après un certain temps, j’ai arrêté de le faire, parce que je ne voulais pas simplement apporter de mauvaises nouvelles. »

Filip Meirhaeghe est principalement guidé par ses sentiments dans sa communication avec les coureurs. « Je suis leurs activités à travers TrainingPeaks et Strava, et je suis en relation avec leurs entraîneurs. Si j’ai collecté suffisamment d’informations et que j’ai des questions, je les contacterai. »

Résignation

Les huit sélectionneurs nationaux détectent remarquablement peu d’insubordination lorsqu’ils soulèvent la crise actuelle du corona et son impact sur le cyclisme chez leurs athlètes. La résignation est la teneur générale. Le seul foyer d’agitation se situe dans la catégorie junior sur route. Carlo Bomans: «Les juniors deuxième année sont très inquiets à ce sujet. Ils aimeraient rejoindre une équipe espoir bien structurée en 2021, mais personne n’aura l’occasion de faire ses preuves auprès des équipes potentiellement intéressées. J’essaie de les rassurer en leur disant que tout le monde est dans le même bateau, mais je remarque que cela ne sert pas à grand-chose »

Les contacts avec les espoirs et les pros ont appris à Rik Verbrugghe que la motivation des coureurs a énormément augmenté depuis que l’UCI a annoncé le «calendrier de remplacement» pour 2020. «Je pouvais clairement le remarquer. Tout le monde a encore un objectif en tête. »

Les vététistes ont également récemment reçu des perspectives de compétition concrètes. “Il reste encore beaucoup de temps pour être prêt pour la compétition lorsqu’elle reprendra à l’automne”, a déclaré Filip Meirhaeghe. Ce n’est pas particulièrement négatif pour Panhuyzen et Schuermans. «De cette façon, Kevin et Jens peuvent prendre le temps nécessaire pour permettre à leurs blessures de guérir correctement. Et les jeunes comme Lukas Malezsewski, Pierre de Froidmont et Emeline Detilleux peuvent utiliser le temps dont ils disposent pour améliorer leur condition physique. Puis il y a Githa Michiels. Je lui ai conseillé d’oublier en grande partie la saison 2020 et de se concentrer sur les Jeux olympiques de l’année prochaine. J’espère qu’elle suivra ces bons conseils. Si quelque chose de beau lui arrive cet automne, tant mieux. Mais nous lui mettons aucune pression. »

Prochainement, l’UCI sortira un calendrier modifié pour le BMX. Bienvenu pour tous, y compris Chris Jacobs. «Jusqu’à présent, tout le monde a tenu bon. Même si je pouvais clairement voir que l’impatience commençait à augmenter.

L’approche est légèrement différente pour les spécialistes de la piste. “Des coureurs de haut niveau comme Robbe Ghys et Kenny De Ketele sont actuellement blessés”, explique l’entraîneur de la piste Peter Pieters. “Donc pour eux, cette période sans compétition n’a pas vraiment d’importance.”

Les coureurs de cyclo-cross sont une autre histoire, rapporte Sven Vanthourenhout. «C’est juste ennuyeux pour eux de ne pas pouvoir courir sur la route en prévision de l’hiver. Mais ils ne sont apparemment pas inquiets de l’impact possible de la crise sur le calendrier. La plupart des coureurs supposent en quelque sorte que tout ira bien une fois que la saison de cyclocross commencera vraiment. »

Pièges

Quel est le principal écueil pour un coureur dans une saison sans compétition? Dans des circonstances normales, le regard dérive automatiquement vers la balance. En cette période de corona, la réponse des sélectionneurs nationaux est unanime: le surentraînement.

Rik Verbrugghe: «Le fait que le temps a presque toujours été agréable depuis le début de la crise du corona est à la fois une malédiction et une bénédiction. Contrairement à un certain nombre d’autres pays, les entraînements à l’extérieur est resté autorisé en Belgique, d’où le réel danger que certains soient trop bons trop tôt. En 2020, vous devrez être en forme entre août et fin octobre: ​​pas avant. »

Le fait qu’un certain nombre de coureurs se sont distingués sur les réseaux sociaux au cours des dernières semaines en relevant des défis spectaculaires – balades titanesques, conquérant plusieurs fois la même côte, … – n’a apparemment pas aidé le cycliste moyen.

“J’ai exhorté mes coureurs à ne pas se laisser précipiter par les entreprises de ce genre”, avertit Ludwig Willems. Carlo Bomans a également évoqué le sujet à ses coureurs. “Rien de bien, ce genre de choses.”

Pour Filip Meirhaeghe, ses coureurs doivent trouver un équilibre entre un entraînement aisé et des incitations occasionnelles. “Parce qu’il ne faut pas s’endormir, bien sûr.” Afin de briser la monotonie, un certain nombre d’entraîneurs préconisent également de regarder un peu plus loin que leur propre branche sportive. Carlo Bomans: «Bouger. S’amuser. Prendre un VTT ou un vélo de cross.”

Même le jogging et la natation doivent être possibles pour Nicky Cocquyt. “Il faut surtout rester occupé.” Sven Vanthourenhout conseille à ses coureurs d’utiliser cette période pour prêter plus d’attention à des choses comme travailler sur le développement de certains groupes musculaires et la stabilité du tronc. «Et si vous avez une paire de patins à roulettes à la maison, n’hésitez pas à faire du roller par exemple. Rien de tout cela ne peut faire de mal. ”

La fin du tunnel

Tout le monde, dans ces circonstances exceptionnelles et en prévision de temps meilleurs, essaie d’être aussi courageux que possible. Les athlètes aussi. Parce que l’épaule de l’entraîneur national est rarement, sinon jamais, utilisée pour pleurer en ces temps agités. “Bien sûr, il y a des coureurs qui viennent vers moi avec leurs peurs et leurs incertitudes”, explique Rik Verbrugghe. “Mais la situation actuelle est tellement exceptionnelle que je ne peux pas faire beaucoup plus que simplement écouter.”

Pour l’instant, tout le monde attend le retour de la vie comme avant. Et le train-train qui la guidait. «Aller aux cours, étudier, s’entraîner, se reposer, manger et dormir: mes garçons ont perdu leur rythme depuis longtemps», déplore Carlo Bomans. “Ce n’est pas facile, croyez-moi.”

Des questions partout, mais aucun entraîneur national pouvant donner une réponse concrète. Sans parler de promettre une fin heureuse. Nicky Cocquyt: «Je ne fais pas tourner en bourrique mes coureurs. J’essaie de les préparer en pensant à plusieurs championnats, mais en même temps, je leur fais remarquer que le danger qu’il n’y ait pas de course dans les mois à venir n’est pas à négliger. »

Texte: Guy Vermeiren
Photos: FacePeeters, Photonews

Recent

  • #Nouvelles

    On track avec Aiko Gommers

    09 décembre 2021
    Nouvellement championne du monde de pump track Connaissez-vous Aiko Gommers ? Non ? Quelle honte ! Elle est la championne...
  • #Nouvelles

    Le plus grand salon du cyclisme du Benelux est de retour

    06 décembre 2021
    Velofollies 2022: 14, 15 & 16 janvier à Kortrijk Xpo Enfin! Après une année d'absence, le salon Velofollies est enfin...
  • #Nouvelles

    Premier championnats officiels de Cyclisme Esport virtuel en Belgique

    10 novembre 2021
    Belgian Virtual Cycling Circuit Belgian Cycling, en collaboration avec Cycling Vlaanderen et la Fédération Cycliste Wallonie Bruxelles (FCWB), présente le...
Menu