• Comment Trainingpeaks facilite le suivi et la gestion des entraînements de Belgian Cycling


    11 mai 2020
    #vtt

Etre performant au niveau mondial ? C’est d’abord une course contre soi-même. Se dépasser pour être un chouïa plus rapide et plus puissant, pour juste garder cette intensité un peu plus longtemps. S’entrainer avec un objectif à l’esprit signifie viser de minimes améliorations. C’est pourquoi on ne peut/on ne doit pas rien laisser au hasard. Ainsi, chez Belgian Cycling, nous faisons entièrement confiance à TrainingPeaks, une plateforme avec laquelle nous avons conclu un partenariat en 2019.

Smart & connected

TrainingPeaks a été développé à la fin des années 1990 pour et par des cyclistes professionnels, des athlètes qui ont reconnu l’inefficacité de l’entraînement par courriel ou télécopie des résultats entre l’entraîneur et l’athlète. Aujourd’hui, la plate-forme offre une intégration complète des solutions mobiles, web et de bureau, le soutien parfait pour les athlètes d’endurance et leurs entraîneurs dans l’établissement, l’analyse et la planification de leur entrainement.

Une activité enregistrée est directement synchronisée sur la plateforme TrainingPeaks

Le développement du nombre d’applications sportives et de plateformes d’entrainement a augmenté au cours de la dernière décennie. TrainingPeaks se distingue dans ce spectre comme une application sur laquelle les sessions d’entrainement sont programmées, les activités effectuées sont automatiquement téléchargées à partir d’appareils (par exemple, données scientifiques et des outils aident à analyser ces activités.

Coordination et suivi de l’entrainement

“Le staff technique de Belgian Cycling utilise TrainingPeaks principalement pour la coordination de la formation et le suivi”, explique Erwin Koninckx, coordinateur des entraînements chez Belgian Cycling and Cycling Vlaanderen. “Pour de nombreux coureurs (surtout dans la catégorie élite), c’est l’encadrement personnel (entraîneur) qui les dirige en termes d’entrainement. Belgian Cycling a la possibilité de garder un œil là-dessus. L’onglet ‘Calendrier’ donne un aperçu des entraînements par mois. Si un coureur effectue bien la séance d’entrainement programmée, le cadran devient vert. Dans le cas contraire, le cadran devient orange ou rouge. De cette façon, le coach obtient un premier aperçu du travail livré à l’entrainement.

Il n’y a pas que les données d’entraînement d’un athlète qui sont intéressantes pour un entraîneur ou un physiologiste de l’exercice en termes d’apport. Par exemple, la qualité du sommeil du coureur peut également être suivie par une simple application. Cela s’applique également au poids de l’athlète. Un athlète est-il malade? A-t-il des problèmes de bien-être mental? Le coureur se sent-il fatigué ? Ce sont toutes des choses qu’un athlète peut ajouter dans ses commentaires à une journée donnée.

Sur le calendrier de Githa Michiels, vous pouvez voir qu’en plus des entrainements et des compétitions, elle enregistre également d’autres paramètres tels que la qualité du sommeil, l’apport nutritionnel quotidien et la saturation en oxygène (SPO2).

En cette période de coronavirus, il est recommandé d’éviter le contact physique au maximum. C’est l’une des nombreuses raisons pour lesquelles TrainingPeaks est un outil utile. Un aperçu de tous les flux de données aide l’encadrement à dresser un meilleur tableau de la situation spécifique d’un coureur, en tenant compte de la distance nécessaire.

Le FTP est la base pour les exercices

Les possibilités de suivre les coureurs via TrainingPeaks sont nombreuses. Chaque activité peut être analysée en détail en cliquant sur une activité ou une séance d’entraînement dans le calendrier. La base pour l’élaboration et l’analyse des séances d’entraînement dans TrainingPeaks est la puissance au seuil fonctionnel (FTP). Pour faire bref : la puissance moyenne la plus élevée qu’un coureur peut atteindre pendant une heure. Des tests réguliers du FTP – bien sûr un compteur de puissance est nécessaire dans ces circonstances – est extrêmement important, parce qu’un mauvais jugement de cette valeur conduit irrévocablement à un effet d’entraînement plus limité.

Tableau de gestion de la performance et la saison 2019 van Victor Campenaerts

Il est plus important de surveiller l’évolution sur une plus longue période que d’analyser les résultats d’une journée d’entrainement. Dans le planning annuel d’un coureur, un certain nombre d’objectifs principaux sont toujours fixés. La combinaison des données du capteur de puissance avec un outil très intéressant comme le tableau de gestion de la performance – qui peut être trouvé dans l’onglet «Dashboard» – aide les entraîneurs à gérer et à planifier la forme afin que les coureurs puissent atteindre un pic en vue des principaux objectifs.

Un Training Stress Score (TSS) est accordé à chaque entraînement ou compétition. Ceci est déterminé par la durée et l’intensité de l’activité. Basé sur le TSS des activités les plus récentes, l’outil calcule l’Acute Training Load (ATL = ligne rose). En d’autres termes, la fatigue à court terme. La ligne bleue indique le niveau de forme physique ou la Chronic Training Load (CTL). Lorsque le coureur s’entraîne ou participe à des courses, la condition physique s’améliore parallèlement à la fatigue croissante, la ligne rose.

En plus d’ATL et de CTL, l’équilibre entre fatigue et fraîcheur est également cartographié. Il apparaît comme le Training Stress Balance (TSB – ligne jaune). Un TSB positif indique une sensation de fraîcheur, tandis qu’un TSB négatif indique que le coureur peut être fatigué. Ces éléments sont directement liés les uns aux autres. Par exemple, un coureur peut avoir un haut niveau de forme physique (CTL), mais si sa fatigue à court terme (ATL) est également élevé, il ou elle sera probablement trop fatigué pour vraiment profiter de ce haut niveau de forme physique. D’autre part, si un coureur accumule trop de repos, le niveau de forme physique baisse également irrévocablement. Pour obtenir un résultat optimal, il est nécessaire que le coureur soit au sommet de son niveau de forme physique et de fraîcheur en même temps. Il va sans dire qu’au cours d’une longue saison, un athlète n’atteint cet équilibre qu’à fréquence limitée.

La première partie de la saison 2019 de Victor Campenaerts s’inscrivait dans le cadre d’un immense objectif atypique : améliorer le record de l’heure de Bradley Wiggins. Campenaerts se préparait méticuleusement, en grande partie en Namibie. Il alternait de grands blocs d’entraînement avec suffisamment de moments de repos pour développer sa forme physique régulièrement (la ligne jaune fluctue autour de 0). Cette approche porte ses fruits à Tirreno-Adriatico, la seule course par étapes majeure que Campenaerts termine dans la préparation de sa tentative de record de l’heure. L’Anversois atteint son plus haut ATL et le plus bas TSB de la préparation. Il maintient derrière lui un certain nombre de cadors dans le contre-la-montre final, et prouve qu’il est «sur la bonne voie» pour le déplacement au Mexique. Après plusieurs jours de récupération active, sa fatigue diminue et son TSB (rapport de fatigue et de fraîcheur) atteint un sommet préliminaire cette saison. Victor est prêt à lancer son attaque sur le record du monde de l’heure.

Après la tentative de record de l’heure, il y a peu de temps de récupération. Deux semaines plus tard, il tente de poursuivre son niveau de forme physique sur le Tour de Romandie (30 avril – 5 mai) et au Giro (11 mai – 2 juin). Cette séquence de jours de course conduit au plus haut niveau de forme physique (ligne bleue) de toute la saison, mais aussi à un niveau extrêmement élevé de fatigue (ligne violette). Campenaerts enchaine avec le Baloise Belgium Tour (12 juin – 16 juin) et le Championnat de Belgique de contre-la-montre (27 juin), mais le besoin de repos (mental) est élevé. Après le contre-la-montre national durant lequel Campenaerts n’a pas répondu à l’attente, et le Championnat national sur la course en ligne où il quitte la course prématurément, il prend plusieurs semaines de repos mérité.

La deuxième partie de la saison est consacrée à la qualification pour le contre-la-montre aux Jeux Olympiques. Après quelques semaines de repos, Campenaerts tente de reconstruire sa forme physique, mais il ne peut pas récupérer lors du stage à Livigno et est aux prises avec un manque de motivation, il est complètement épuisé dû à un début de saison extrêmement difficile. Sur base de nos conseils, Victor décide de mettre la vélo de côté pour une durée indéterminée et de zapper les Championnats d’Europe de contre-la-montre.

Campenaerts est ravi de la récupération (mentale) et il est prêt à se préparer vers le dernier but de l’année, les Championnats du monde de contre-la-montre le 25 Septembre dans le Yorkshire. Victor ne fait plus de course avant le Mondial, mais le graphique montre qu’il ne lésine pas sur l’intensité à l’entraînement. Entrecoupé dans le respect de la récupération entre ses entraînements, il ajuste sa condition (ligne bleue) au niveau avant le Giro. Son contre-la-montre aux Championnats du monde prouve que Victor était prêt à terminer dans le top 8 pour obtenir la qualification pour les Jeux Olympiques. Malheureusement, il chute sur la route mouillée et termine juste en-dehors du top 10. Après les Championnats du monde, Victor participera à quelques courses d’un jour et au Tour du Guangxi en Chine avant de commencer sa période d’intersaison.

Le suivi, mais aussi la gestion des coureurs

Belgian Cycling ne s’en tient pas seulement à la coordination et au suivi de l’entraînement. Dans certains cas, TrainingPeaks est également utilisé par les gens de la fédération pour contrôler les exercices ou les séances d’entraînement “Le FTP est utilisé à cette fin, la base pour la construction ou l’analyse de l’entrainement à travers le « constructeur de séances», a déclaré Jan Vancompernolle, analyste de la performance à la fédération. Nos entraîneurs ont souvent toute une gamme de différentes séances d’entraînement, des exercices qui ont chacun leur propre but et sont construits sur la base d’un pourcentage du FTP. Cela permet à l’entraîneur d’élaborer facilement la planification de l’entraînement d’un coureur via ‘drag-and-drop’ (le glisser et déposer).

Texte : Rob Van Crombruggen
Photos et illustrations : TrainingPeaks, Photo News

Recent

  • #Nouvelles

    On track avec Aiko Gommers

    09 décembre 2021
    Nouvellement championne du monde de pump track Connaissez-vous Aiko Gommers ? Non ? Quelle honte ! Elle est la championne...
  • #Nouvelles

    Le plus grand salon du cyclisme du Benelux est de retour

    06 décembre 2021
    Velofollies 2022: 14, 15 & 16 janvier à Kortrijk Xpo Enfin! Après une année d'absence, le salon Velofollies est enfin...
  • #Nouvelles

    Premier championnats officiels de Cyclisme Esport virtuel en Belgique

    10 novembre 2021
    Belgian Virtual Cycling Circuit Belgian Cycling, en collaboration avec Cycling Vlaanderen et la Fédération Cycliste Wallonie Bruxelles (FCWB), présente le...
Menu