• Le sport n’est pas au-dessus de la société


    25 mars 2021
    #vtt

Les jeunes coureurs attendent la reprise des compétitions avec impatience

Alors que tous les fans de cyclisme attendent avec impatience les classiques du printemps qui se dérouleront prochainement dans notre pays, le calme règne dans les rangs des jeunes. L’entraînement en groupe avec un maximum de 10 coureurs est possible pour les catégories des jeunes jusqu’aux juniors. Pour les autres, les règles de la distanciation sociale doivent également être respectées. Mais disputer des compétitions n’est malheureusement pas possible pour eux. Et la pause des compétitions durera au moins jusqu’au 30 avril. Pourquoi ? Parce que ce n’est tout simplement pas autorisé.

Une équipe de 11 millions de Belges fait des efforts quotidiens pour se débarrasser du coronavirus. Dans la sphère privée, au travail, dans la vie quotidienne et donc aussi dans le sport. Après des consultations approfondies avec les autorités réglementaires et les experts, la conclusion pour le cyclisme a été que les compétitions sportives professionnelles et de haut niveau pouvaient continuer à être organisées. A condition de respecter un protocole strict. Malheureusement, comme pour tous les autres sports, cela n’est pas possible pour le “sport amateur” et les compétitions pour les jeunes coureurs. Dans tout le monde sportif belge, les jeunes athlètes attendent avec impatience des jours meilleurs.

Fixer aveuglément le nombre de courses professionnelles qui sont autorisées à avoir lieu serait un mauvais signal. Car en ces temps troublés, cela demande beaucoup à un organisateur de laisser sa course se dérouler. Pour chaque course par exemple, un permis doit être demandé au ministère des sports. Et accorder une telle permission ne se fait pas du jour au lendemain. Par exemple, l’organisateur doit garantir que l’ensemble de l’événement sera covid-proof selon le protocole imposé.

Cela ne va pas de soi. Des conditions extrêmement strictes doivent donc être remplies avant et après la course, y compris les tests. Les efforts déployés par les équipes (coureurs et personnel), les organisateurs (et tous leurs employés) et les délégués envoyés par Belgian Cycling pour s’assurer que tout se passe bien sur le plan sportif et organisationnel.

Nous serons tous ravis de voir les meilleurs coureurs du monde dans “nos” courses. Mais en même temps, nous comptons tous sur le moment où les champions de demain et d’après-demain pourront recommencer. Belgian Cycling et ses ailes – Cycling Vlaanderen et la FCWB – ont un “plan de sortie” de la misère sportive, une piste qui devrait permettre à nos jeunes de remonter sur leur vélo en compétition. Mais ce ne sont pas les fédérations qui lui donnent le feu vert. Le sport n’est pas au-dessus de la société. Nous devrons donc attendre encore un peu avant que le vent tourne. Et cela vaut pour tout le monde…

Texte: Guy Vermeiren
Photo: Facepeeters

Recent

  • #quote

    Direction Tokyo avec la star du BMX Elke Vanhoof

    28 juillet 2021
    Petit vélo, grande dame! Direction Tokyo avec la star du BMX Elke Vanhoof Aux Jeux Olympiques de Tokyo, nos coureurs...
  • #piste

    La dernière ligne droite vers Tokyo commence à Gand

    02 avril 2021
    Premier grand meeting international sur piste le 16, 17 et 18 avril au Wielercentrum Eddy Merckx Ces derniers mois, les...
  • #route

    "Il faut oser choisir"

    27 février 2021
    Le coach fédéral Sven Vanthourenhout élabore différents noyaux en fonction des Jeux Olympiques, des Championnats d’Europe et des Championnats du...
Menu