• Le sélectionneur national Sven Vanthourenhout constate que le luxe en cross se situe uniquement chez les hommes


    16 octobre 2019
    #Nouvelles

« Talent féminin recherché »

Deux manches de la Coupe du monde aux États-Unis. Et trois cross dans notre pays. Mais avec la première course de régularité – la manche d’ouverture du Superprestige à Gieten aux Pays-Bas – qui s’est déroulée ce week-end, la saison de cyclo-cross bat maintenant son plein. Il est temps de laisser l’entraîneur national Sven Vanthourenhout s’exprimer. Il donne un aperçu de la saison à venir, avec une boule de cristal à portée de main.

Sven Vanthourenhout était encore très occupé par le cyclisme sur route jusqu’à la fin du mois dernier. En effet, l’homme de Flandre occidentale vient de rentrer du Yorkshire, où il a participé activement au Championnat du monde en tant qu’assistant de Rik Verbrugghe, mais il a gardé un oeil attentif sur ses poulains au cours des dernières semaines. «Il faut un certain temps pour s’y habituer à ne pas voir Wout van Aert et Mathieu van der Poel. Mais ces dernières semaines  ont montré que la lutte est assez ouverte en leur absence. C’est bon pour le suspens.”

Peut-on diviser la saison de cyclocross en trois parties? Une période sans Van der Poel, une avec Mathieu et enfin  une avec le retour possible de Wout van Aert?

Sven Vanthourenhout: “Vous avez en partie raison. Bien que, bien sûr, il reste à voir a) quand reviendra van Aert et b) à quel niveau il sera. Je suis convaincu que Van der Poel sera immédiatement dominant à nouveau et surclassera immédiatement le reste lorsqu’il reviendra au cyclo-cross. En ce qui concerne van Aert: beaucoup de rééducation est nécessaire avant qu’il soit à nouveau compétitif après sa chute au Tour. Je le vois cependant participer à un certain nombre de cross. Mais je pense que même dans ce cas, l’accent sera initialement mis sur la préparation de sa saison sur route. Je ne sais pas s’il va viser un objectif de performance maximum en cross, je suppose que les entraînements sur le terrain qu’il réalise auront une place dans la préparation du printemps des classiques. Soyez prudent, même dans ces circonstances, il pourrait surprendre. Wout van Aert est une personne qui peut jouer un rôle majeur dans un cross, même à 80% à 90% de ses capacités. Je ne parle pas encore de gagner, non. Parce que tout le monde, y compris Wout, sait qu’il doit être à 100% pour pouvoir rivaliser avec Mathieu van der Poel. Et je ne vois pas cela vraiment arriver l’hiver prochain, bien que j’espère bien me tromper. Il y a juste trop de travail à faire pour atteindre ce niveau.”

“Ce n’est pas parce que je suis entraîneur national que je compte continuer d’exiger quelque chose de van Aert en cross.”

Dans le prolongement de votre hypothèse … Cela pourrait-il que cela – bien que ce soit dû aux circonstances – conduise un adieu à Wout van Aert en tant que cyclocrossman? En d’autres termes: qu’il ne considère désormais plus les labourés comme un objectif spécifique, mais simplement comme une phase de sa préparation pour la route ?

“Je comprends ce que vous voulez dire. Mais je ne pense pas. Ce n’est pas parce que je suis entraîneur national que je veux continuer à exiger des choses en tant que cycliste. J’espère du fond du cœur qu’il se construira une belle carrière, quelle que soit sa discipline. Mais en même temps, je suis sûr que ce qu’il a réalisé en cross a fait de lui le coureur sur route qu’il est aujourd’hui. Je pense que Wout et Mathieu en sont conscients et l’ont compris avec leurs équipes respectives. La seule différence avec le passé sera probablement que les deux coureurs n’incluront plus 30 ou 35 cross dans leur programme. Dans le temps, cela se réduira à 15, maximum 20. Ce qui en principe serait toujours bon pour le cyclo-cross. Je pense que cela va tourner ainsi, vraiment. Je ne crois pas en un adieu.”

Cela existe depuis longtemps dans le cyclo-cross féminin. Marianne Vos, Lucinda Brand, Jolanda Neff et Pauline Ferrand-Prévot: des coureuses d’autres disciplines font un détour en cross à un moment donné en décembre et commencent immédiatement à jouer les premiers rôles.

“Je ne sais pas si Van Aert et Van der Poel vont attendre si longtemps. Ils aiment trop tous les deux le cross pour cela. Pour être honnête, je les vois dans le futur commencer les cross en novembre. Mais, en même temps, cela dépend aussi de leur programme. S’il y a un championnat du monde sur la route quelque part où le parcours leur convient, le retour dans la boue est logiquement retardé. Car le Championnat du Monde est toujours prévu à la fin du mois de septembre. Mais même dans ce cas, je pense toujours qu’ils pourront lutter pour le titre mondial. Après tout, Vos, Brand et Ferrand-Prévot ont déjà été championnes du monde de cyclo-cross après une période de préparation relativement courte.”

Tout cela a une conséquence notoire: la valeur des classements de la régularité est en baisse, maintenant que les meilleurs coureurs ne les visent plus vraiment.

“C’est un changement de tendance. Mais il est logique que Wout et Mathieu fassent des choix. Ils ont simplement les capacités pour pouvoir jouer un rôle de premier plan dans diverses disciplines. Si Van Aert peut remporter des étapes du Tour de France, qui peut lui reprocher de couper dans son programme de cross? “

“Sans Wout et Mathieu, les cross sont pour le moment plus passionnants.”

Le cyclo-cross est bien sûr plus que van Aert et Van der Poel. Allons-nous avoir des plusieurs lauréats en leur absence dans les prochaines semaines? Ou une personne prendra-elle simplement la relève – peut-être temporairement ?

“Sur base de ce que nous avons vu jusqu’à présent, d’autres gagnants sont régulièrement répertoriés. Il est très agréable de voir à quelle vitesse Eli Iserbyt a réussi à franchir le pas au plus haut niveau. Une chose me semble certaine: cela deviendra plus excitant en cyclo-cross dans la période à venir. Il y aura plus de lutte mutuelle, il y aura plus de tactique, beaucoup de coureurs commenceront à croire qu’ils auront désormais une chance de gagner. Bien qu’ils soient inévitablement confrontés à chaque fois au commentaire qu’ils ne peuvent gagner que par le fait que les deux ténors ne sont pas là. Je crains que le réflexe ne se dissipe pas de si tôt. Mais à long terme, ça va marcher. “

Laurens Sweeck et Michael Vanthourenhout ont déjà remporté des courses. Iserbyt a levé deux fois les bras aux États-Unis. Et Toon Aerts reste une valeur sûre. Voyez-vous de nouveaux noms surgir au sommet? Quinten Hermans, par exemple?

“Cela devrait être le cas, oui. Je pense que Quinten a un très gros moteur. Et en principe, il devrait pouvoir jouer un rôle de premier plan toutes les semaines. Au moins avec les cinq meilleurs, voire avec les trois meilleurs. Mais je ne vois pas vraiment de nouveaux visages émerger. Nous allons continuer cet hiver avec les coureurs qui progressent depuis un moment. J’attends aussi quelque chose de Daan Soete dans les mois à venir. Quant à Toon Aerts: tout le monde connaît ses qualités. Il a eu une saison fantastique l’année dernière. Alors la question se pose de savoir s’il peut confirmer dans les prochains mois. Car répéter toutes ces victoires, toutes ces places de podium: ce ne sera pas évident. Gagner la Coupe du Monde, devenir champion de Belgique, remporter une médaille au Championnat du Monde : c’est tout simplement unique. Je me demande comment il va gérer cette pression. Bien que je reste convaincu qu’il est un pur cyclocrossman, c’est quelqu’un qui exploitera le meilleur de sa carrière.”

“Le cross chez les hommes reste un sport belgo-néerlandais. Tant que cela ne changera pas, je crains pour  l’internationalisation de cette discipline.”

Voyez-vous des noms surprenants apparaître parmi les coureurs masculins non néerlandais?

“Pas tout de suite, non. Soyons honnêtes: le cyclo-cross reste avec les hommes un sport à prédominance belgo-néerlandaise. Et tant que cela ne change pas, je crains pour l’internationalisation de cette discipline. Des coureurs étrangers avec du potentiel, cela manque à ce sport.”

Avez-vous déjà trouvé une réponse à la question de savoir pourquoi cela marche chez les femmes? Seuls un ou deux drapeaux belges figurent parmi les dix premiers du classement.

“(Rires) Du côté belge, un peu plus ne ferait pas tâche. Je n’ai aucune explication. Aussi étonnant : parmi les dames, on voit immédiatement des coureuses venant d’autres disciplines telles que le VTT et le cyclisme sur route jouer la gagne. Cela ne fonctionne tout simplement pas pour les hommes pour une raison inconnue. Parce que les vététistes tels que Hermida, Absalon et Schurter ont déjà essayé. Et cela n’a vraiment rien à voir avec le fait que le niveau général des femmes est inférieur. Parce que cela est devenu vertigineux ces dernières années. Un grand compliment pour Sanne Cant. Elle était déjà là il y a dix ans et elle a dû faire d’énormes progrès pour rester au sommet. Quand on voit comment elle est devenue championne du monde à Bogense la saison dernière, c’était d’un niveau que je voyais rarement en cyclo-cross. Mais malheureusement, pour elle, il ne semble pas y avoir de relève en vue”

Les numéros deux et trois du cyclocross sont Ellen Van Loy et Loes Sels, toutes deux âgées de 30 ans. Et la progression de Laura Verdonschot a été plus lente que prévue ces dernières années.

“C’est vrai. Verdonschot n’a pas évolué, soyons clair. Elle met tout en œuvre et j’espère qu’elle réussira cette année. Il y a quelques années, elle était sur la bonne voie et à un moment donné, elle semblait même se rapprocher de Sanne Cant. Mais elle n’a pas suivi cette ligne. J’ai le plus grand respect pour ce que Ellen et Loes peuvent encore faire à leur âge, mais en tant qu’entraîneur, vous ne pouvez pas vraiment vous baser sur elles pour le futur. Eh bien, et malheureusement, il y a vraiment peu de talent féminin à venir. C’est un gros problème, je ne le cache pas. Nous en faisons assez pour intéresser les filles au cyclo-cross. La fédération remue ciel et terre en aspirants. Mais s’il n’y a pas ou trop peu d’intérêt: que devons-vous faire? Aux Pays-Bas, les talents poussent comme des arbres, pour ainsi dire, alors que nous avons du mal à trouver des participantes pour nos compétitions à vélo. Nous cherchons mais nous ne trouvons personne.”

Alarmant, alors que pour la première fois un titre européen et un titre mondial seront en jeu chez les Dames Juniores.

«Ce ne sera pas facile, mais ce ne sera pas seulement le cas pour la Belgique. Dans cette catégorie également, il deviendra évident que les Pays-Bas sont à des années-lumière du reste. Mais j’y travaille, en concertation avec les équipes. Cela peut prendre beaucoup de temps, mais l’intention est et reste de rester compétitif dans cette catégorie à long terme. ”

“Je ne suis pas un partisan des classements de régularité. Certainement pas chez les jeunes.”

Vous faites partie de la commission cyclocross à l’UCI. Qu’avez-vous déjà présenté et que reste-t-il à traiter?

“Je suis déjà allé à une réunion de ce comité à deux reprises. Nous nous intéressons principalement à l’avenir, y compris à quoi ressemblera le cyclocross à partir de l’hiver prochain. Parce que tout le monde sait que des changements majeurs sont en cours. La Coupe du Monde gagnera en importance et jouera un rôle plus dominant. Il y aura une autre réunion à la fin du mois de novembre. Je suppose alors que nous obtiendrons plus de clarté à ce sujet. De quoi d’autre parle-t-on? De détails- vous vous souvenez de “l’incident avec les rouleaux” avec Wout van Aert, qui a beaucoup retardé la cérémonie, d’importants changements dans les règles.”

L’UCI a-t-elle réellement son mot à dire sur ce que sera la prochaine campagne de cyclo-cross? Elle n’organise même plus la Coupe du Monde elle-même.

“Ce n’est pas si grave, vous savez. Il y aura certaines clauses dans cet accord. L’UCI agit dans l’intérêt du sport et veillera à ce que cela reste ainsi. Ce sera une période fascinante, c’est certain. Mais ne me demandez pas comment cela se passera plus tard. Il y aura des gagnants et des perdants, mais cela est spécifique au sport.”

Les classements de régularité ont-ils encore un avenir dans ce “nouveau cyclo-cross”, vous pensez?

“Je ne peux pas vraiment dire ça à voix haute, mais je ne suis pas en faveur des classements de régulairté. Pour de nombreux cyclistes professionnels, cela représente bien sûr une valeur financière ajoutée. Mais je ne vois pas cela comme un avantage pour les jeunes coureurs. Le passé me l’a appris avant même de devenir entraîneur national. Il y a juste trop de pression sur ces jeunes coureurs, simplement parce qu’ils doivent défendre un classement. Et de temps en temps, il y a la crainte de décevoir leurs partisans. Et puis, vous venez en janvier, mois qui compte vraiment, puis vous entendez “J’ai peut-être trop couru ces derniers mois”. Ce n’est pas que je veuille remonter le temps jusqu’aux pros, mais jadis, tout le monde arrivait au départ d’une manche de Coupe du monde avec le couteau entre les dents. Seul un nombre limité de coureurs d’un pays étaient autorisés à participer, on travaillait vraiment avec des sélections nationales. Mais ces dernières années, ces compétitions jadis si prestigieuses sont simplement devenues unes parmi tant d’autres. Les meilleurs sont constamment en compétition, même dans les plus petites courses. Et elles sont toutes directement retransmises à la télévision. À mon avis, une manche de la Coupe du monde peut à nouveau être un “demi-Championnat du monde”. Ce n’est que depuis l’année dernière que certains coureurs ont recommencé à faire des choix et ont délibérément ignoré certaines courses. On les critique parfois pour cette raison, mais j’en suis un partisan.”

“J’ai des sentiments mitigés avec les cross en Amérique. Restaurer les monuments européens aurait été préférable.”

Comment analysez-vous la campagne américaine que les coureurs viennent de terminer?

“Avec des sentiments mitigés. Il y a quelques années, je pensais que c’était une bonne chose dans le contexte de l’internationalisation du cyclo-cross. Mais au bout d’un moment, vous commencez à remarquer que cela ne fonctionne pas vraiment, aux États-Unis. Les pelotons sont de plus en plus petits, de moins en moins de coureurs font la traversée. Et puis, maintenant, au départ de la course dans les deux catégories d’élite, il n’y a aucun champion du monde. Ce n’est pas une conclusion agréable pour les organisateurs. Dans le cas de Van der Poel, vous pouvez comprendre qu’il était sur la route avec le Championnat du Monde en tête. Mais Sanne Cant a vraiment essayé pendant quelques années, mais elle a également renoncé. J’ai de plus en plus le sentiment que nous avons tous sauté un pas. Au lieu d’opter pour une aventure américaine, il aurait été préférable de restaurer les monuments européens. Pour reconstruire ce qui a disparu. Wetzikon en Suisse, Igorre en Espagne, Milan en Italie. Cela aurait dû être le premier travail.”

Pour finir. Jouons au jeu des pronostics… Qui sera Champion d’Europe?

“Mathieu van der Poel.”

Qui sera Champion de belgique?

“Michael Vanthourenhout.”

Qui sera Champion du Monde?

“Mathieu van der Poel.”

Tekst: Guy Vermeiren
Traduction : James Odvart
Photos: Photonews

Recent

  • #Nouvelles

    On track avec Aiko Gommers

    09 décembre 2021
    Nouvellement championne du monde de pump track Connaissez-vous Aiko Gommers ? Non ? Quelle honte ! Elle est la championne...
  • #Nouvelles

    Le plus grand salon du cyclisme du Benelux est de retour

    06 décembre 2021
    Velofollies 2022: 14, 15 & 16 janvier à Kortrijk Xpo Enfin! Après une année d'absence, le salon Velofollies est enfin...
  • #Nouvelles

    Premier championnats officiels de Cyclisme Esport virtuel en Belgique

    10 novembre 2021
    Belgian Virtual Cycling Circuit Belgian Cycling, en collaboration avec Cycling Vlaanderen et la Fédération Cycliste Wallonie Bruxelles (FCWB), présente le...
Menu