• “Le meilleur de deux mondes”


    17 février 2021
    #route

Serge Pauwels nous éclaire sur sa fonction de Development Coach au sein de Belgian Cycling

Depuis le 1er janvier, Serge Pauwels remplit la fonction de Development Coach au sein de Belgian Cycling. C’est avec impatience que l’ancien coureur professionnel a entamé cette nouvelle aventure. L’Anversois qui habite dorénavant en Flandre Occidentale se prépare à achever beaucoup de travail, au-delà des catégories d’âge. “C’est un nouveau défi. Mon emploi me donne l’opportunité d’aborder mes idées auprès des jeunes, tout en remplissant un rôle de conseiller au plus haut niveau. Je combine le meilleur de deux mondes.”

En tant que coureur, Serge Pauwels adorait le maillot de l’équipe nationale. “Pouvoir défendre les couleurs de son pays, endosser ce magnifique maillot… J’ai toujours trouvé cela un grand honneur. Faire partie de ce noyau d’élites signifie être l’un des meilleurs dans sa discipline.” Ce ‘sentiment national’ a aussi joué un rôle dans le choix de Serge Pauwels pour Belgian Cycling. “En tant que Development Coach je rencontrerai bientôt une multitude de jeunes talentueux, des juniors mais aussi des élites. C’est tout de même fantastique de pouvoir vivre de très près l’évolution d’un athlète jeune et talentueux vers un sportif du plus haut niveau? Rien de plus motivant que de pouvoir collaborer à la révélation d’un champion.”

“Que de bonnes réactions de mes anciens collègues”

Les premiers mois de Serge Pauwels chez Belgian Cycling sont caractérisés par un long processus de familiarisation. En compagnie du coach fédéral Sven Vanthourenhout, le Development Coach a déjà rendu visite à pas mal de coureurs professionnels le mois dernier. Les visites ont surtout démontré que ces anciens coureurs sont partie prenante dans une bonne collaboration. “Que de bonnes réactions”, dit-il. Sven Vanthourenhout, le nouveau coach sportif des élites, a saisi l’occasion de souligner l’importance d’une bonne communication avec les athlètes. Pauwels: “Il ne peut y avoir de seuil entre les coureurs et le staff sportif de Belgian Cycling. À tout moment, la porte doit rester ouverte. Pour un coureur, c’est primordial.”

“Donner aux coureurs un encadrement de qualité”

La grosse majorité des tâches sportives de Pauwels se situera dans la catégorie des juniors et des espoirs. L’accent sera mis sur les projets de côte et du contre-la-montre. Dans les mois à venir, Serge passera beaucoup de temps en compagnie des coaches fédéraux Carlo Bomans (Route Hommes Juniors) et Ludwig Willems (Route Dames Jeunesse & Elite ). “Je veux connaître chaque élément du fonctionnement de Belgian Cycling. C’est impératif afin de pouvoir me concentrer sur le projet de côte de la fédération. Il est évident que je travaillerai en étroite collaboration avec les entraîneurs et les autres coaches fédéraux, vu qu’ils détiennent la clé de la détection de jeunes talentueux. Il serait dommage de gâcher un grand talent grimpeur dans des courses de kermesse.”

Conférence de presse avec Serge Pauwels aux Championnats du monde à Innsbruck, Autriche en 2018.

 

Bon grimpeur pendant sa carrière active, Pauwels a pas mal de bagage à transmettre. “Je me réjouis déjà aux tests et stages dans les Ardennes et les Vosges. Pour ma part, j’aimerais accompagner les jeunes à vélo, si l’occassion s’y prête. À mon avis, c’est la façon idéale d’apprendre à connaître les coureurs, tout en se situant au premier rang et de détecter à la fois leurs points de travail. Il est important de créer un lien avec ces jeunes, de donner confiance en l’encadrement qualitatif de Belgian Cycling. Le but final est de délivrer plus de coureurs pouvant jouer un rôle significatif dans un grand tour: c’est pourquoi ce projet est tellement important.”

“S’entraider”

Dans un monde où les jeunes passent de plus en plus tôt à la catégorie des élites, il est primordial d’investir dans une bonne formation. “J’ai personnellement dû attendre ma deuxième année dans la catégorie des espoirs, avant de pouvoir accéder à mon premier stage ”, raconte Pauwels. “A l’heure actuelle c’est inimaginable. Même si le travail des équipes, de leurs kinésistes, entraîneurs etc. est excellent, en tant qu’employé de la fédération il faut tenter d’aborder le travail de coordination pour entraider les coureurs dans la trajectoire de leur carrière. Je ne veux pas me profiler comme modèle de rôle, mais avec une longue carrière dans les plus grandes équipes professionnelles du monde, je peux tout de même soumettre une belle expérience, même à côté du vélo. Cette expérience, je veux bien la partager avec les jeunes. Tout le monde pourra en profiter, voici le but.”

“Pas envie de faire part d’un équipe de marques”

Comme Development Coach, Serge Pauwels sera de temps à autre également le responsable sportif dans certaines épreuves. Cela semble bien lui plaire. “J’ai hâte de pouvoir ‘piloter’ les jeunes à partir d’une voiture suiveuse. C’est une des raisons pourquoi j’ai choisi de travailler pour Belgian Cycling. Je n’avais pas envie de faire fonction de directeur sportif au sein d’une équipe de marques dans une épreuve du WorldTour et de devoir quitter la maison pour quelque 200 jours par an. Je présume que les jeunes seront à l’écoute de quelqu’un qui vient d’achever une carrière professionnelle. Si je peux me fier à mes propres expériences: en tant que jeune cycliste, j’adorais les cyclistes professionnels.”

Serge Pauwels comme Espoir aux Championnats u monde à Verona, Italie en 2004

 

“Combinaison de Sastre, Baker et Cornelisse”

Pendant sa carrière professionnelle de 15 ans, Serge Pauwels a vu passer la revue de beaucoup de co-équipiers, de directeurs sportifs et d’entraîneurs. Les gens qui lui ont le plus apporté? Trois personnes, semble-t-il. “A l’époque chez Cervélo, j’avais 25 ans quand Carlos Sastre s’est occupé de moi. Il m’a soutenu, m’a appris comment se reposer, se préparer pour une épreuve importante, rester calme sous toutes circonstances. Plus tard, j’ai fait la connaissance de Jon Baker pour l’équipe de Dimension Data, comme entraîneur de l’équipe. C’est le Brittanique, un homme intelligent diplômé d’un doctorat, qui m’a appris qu’un coureur doit retourner aux bases de temps à autre, afin de trouver une solution facile à ce qui semble être un problème insurmontable. Finalement, c’est le chef d’équipe Michel Cornelisse qui m’a appris à fonder une équipe. Il avait le don de pouvoir diriger des personnes. Si je parviens à combiner les meilleurs caractéristiques de ces trois personnes, une belle histoire nous attends.”

Texte: Guy Vermeiren
Photos: Photonews

Recent

  • #Nouvelles

    Nathalie Clauwaert plaide pour un avenir transparent

    30 septembre 2021
    Le 1er octobre, Nathalie Clauwaert deviendra la nouvelle Directrice Générale chez Belgian Cycling. La Flamande a été élue à l'unanimité...
  • #quote

    Direction Tokyo avec la star du BMX Elke Vanhoof

    28 juillet 2021
    Petit vélo, grande dame! Direction Tokyo avec la star du BMX Elke Vanhoof Aux Jeux Olympiques de Tokyo, nos coureurs...
  • #piste

    La dernière ligne droite vers Tokyo commence à Gand

    02 avril 2021
    Premier grand meeting international sur piste le 16, 17 et 18 avril au Wielercentrum Eddy Merckx Ces derniers mois, les...
Menu